Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

1.Travaux originaux



Ledru E
Exil: la douleur et le spectre de la dispersion
Mémoire de mastère en psychanalyse, Université Paris VII, Pr. F. Benslama, 2008



Résumé

La nature de la douleur reste une énigme en psychopathologie. Cette étude du clivage traumatique de patients victimes de torture propose, analysant les limitations méthodologiques de la psychanalyse en situations extrêmes, et en se référant  à  des concepts deleuziens, un modèle d'expansion/contraction des limites du sujet confronté à la douleur. 

La douleur des demandeurs d'asile est  inscription continue, invasive, par le lieu de l'autre, dans l'évidement initial de l'exil. Quel crédit ces preneurs de parole, qui se sont vus réduits au silence par la violence, peuvent ils encore donner à leur parole brisée, déformée par la dissociation, et qui revient incontrôlable sous forme quasi-hallucinatoire ? Le corps et sa douleur semblent bien plus fiables pour témoigner, et pour se nouer à un "ici" et à un "maintenant" qui ne fuit pas. La douleur est énergie "impérative" de l'investissement libidinal, ou, dans un mouvement inverse, du clivage. Par la synesthésie, elle permettrait la condensation de singularités mnésiques élémentaires dans des organes refuges; à l'inverse, la douleur-inflammation est chaos d'affects libres, porosité de la limite, jusqu'à l'extrême angoisse de la mort. Le traumatisme fait alors mouvement entre le pôle de condensation et d'absence du "musulman" des camps, et celui de l'inflation à l'océan-folie du mystique; la douleur devient articulation mouvante psyché/soma d'un sujet en degré zéro de la limite.  Au delà du stéréotype victimaire, l'étrange étrangeté des ambiances revécues et la douleur, mémoires sensitives du sujet,  doivent être appréhendées dans la thérapie du clivage comme voies de reconstruction, d'"exscription" du corps.

Cette énergie douloureuse faiblement enkystée, facilement mobilisable via le "tuning" empathique, outil dont nous discutons le registre phénoménologique plutôt qu'analytique, est également porte d'entrée singulière vers ces réalités indicibles et originaires de la psyché, au risque de la dépossession et de la douleur secondaire du thérapeute.


Abstract

Nature of pain is still a psychopathological enigma. Here we propose, studying traumatic clivage in asyluum seekers, and according to some G. Deleuze concepts, a model of expansion/contraction of the limits of the subject in post-traumatic syndrom.

Exile and violence synergize to invade and modify the self; language'patient  itself becomes unconfident and uncontrolable. So body language - and pain - become indispensable to survive as an individual, to be linked in some way to "here" and "now" which appear confusing. Pain is the "imperative" energy of both libidinal investment and clivage; by synesthesic interference, it could be a way to store some basic mnesic informations in sanctuary organs; at the other end of a spectrum, inflammatory pain is a chaotic movement of non vectorised affects, inducing porosity of the limit, until the extreme pangs of the death of the subject. Traumatism is then in a balance between a condensatory pole ("the muslim" of the nazis'camps) and an inflated, oceanic or mystic pole close to psychosis. In this model, pain becomes the only articulation, although unfixed, between soma and psyche, in a subject coping with the "zero degree" of his limit. In therapeutic, taking into account the language of pain allows the patient to overpass his stereotyped status of victim, and the clinician to approach the rebuilding, the "exscription" of the symbolic body.

Pain as a labile energy is easily movable via the empathic tuning (a tool which is discussed in his phenomenologic rather than psychanalytic acceptation), and is therefore a singular way towards unspeakable and primitive entities of the psyche, leading sometimes to   "unpossession" of the therapeut as a secondary traumatism.




2. Chapitres d'ouvrages


Ledru E, Dahourou G.
Burkina Faso
in Pocket guide to Cultural Health  Assessment , D’Avanzo C. and Geissler E., Eds.
Mosby publishers, 2003 and 4th Edition, 2006.




3. Revues, lettres


Ledru E.
La santé a besoin d'une contre-révolution:  une décroissance raisonnée des dépenses de santé peut s'appuyer sur la revalorisation et la fédération des compétences en médecine préventive
S!lence 2006 (341) 4-8, Lyon
(point de vue)

Ledru E.
Faut-il diminuer l'empreinte ethnique ?  Une immigration positive économiquement, culturellement, démographiquement
S!lence 2006 (338) 31-32, Lyon
(point de vue)



4. Site internet


Partager cette page

Repost 0
Published by

Recherche

Pages

Catégories

Je Est Un Autre